A l’origine : « Dépression, honte, la rue te happe, on n’ose pas demander par fierté »

t

Claudie présente l’origine du groupe accueil et son évolution.

A l’ouverture du SLS en mars 2013, le personnel a mis en place un questionnaire pour mobiliser les habitants sur l’aménagement de l’accueil et des idées d’animation. Un groupe s’est constitué, composé de professionnels et de personnes fréquentant le SLS. Le groupe a participé à la décoration, la signalitique etc…

Au sein du groupe, plusieurs personnes ont des compétences artistiques et nous avons travaillé sur un projet d’exposition qui a abouti en avril 2014.

Le groupe souhaite maintenant s’investir dans un nouveau projet de création d’un film sur le thème de la solidarité. Ce thème a été choisi pour montrer qu’il faut oser demander de l’aide, qu’il faut oser aller vers l’autre et que de cette démarche découlent souvent des choses positives inattendues justement en matière de solidarité. Cela permettra aussi de montrer ce qu’un SLS et ce groupe accueil peuvent apporter en terme de solidarité. Nous réfléchissons sur la notion de solidarité qui est différente de l’aide. « On se sent plus redevable quand on a reçu de l’aide» qu’est-ce qui fait qu’on refuse de l’aide ? «  Dépression, honte, la rue te happe, on n’ose pas demander par fierté »

Le film serait à la fois une partie documentaire et une partie fiction. Le but est surtout l’expression d’opinions sans jugement, sans débat, sans réponses. L’objectif est aussi de participer à une création collective qui permettra des apprentissages techniques.

Certains se posent la question de savoir s’ils seront acteurs. Nous rappelons que chacun sera libre de prendre la place qu’il veut dans tous les stades du projet.

Nous reprenons le scénario avec les 4 situations de fiction qui amèneraient les personnes à venir au SLS :

Une femme seule avec dans un parc

Un homme seul dans un bar,

Un couple a un arrêt de bus,

un jeune dans le tramway

Des idées par rapport à des situations vécues par certains sont évoquées. Une femme est assise sur un banc, à côté vient s’asseoir une jeune femme avec un enfant, la discussion s’engage et la jeune femme finit par avouer qu’elle ne sait pas où dormir le soir.

Dans un bar un homme seul est assis. Il écoute une conversation téléphonique où un individu parle de difficultés et où son interlocuteur lui donne des réponses. Quand la conversation est terminée il se dirige vers lui en lui disant qu’il a lui-même les mêmes difficultés.

Le groupe propose de réfléchir pour la prochaine réunion aux 2 autres situations pour envisager un scénario.

 

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *